Modalités

(Pratiques)

 

Honoraires

 

 

Ils sont définis d'une manière fixe à 60€ pour une séance individuelle en cabinet. 

 

De par la législation en vigueur en France, ce coût n'est pas pris en charge par les divers organismes de protection sociale ou de santé.

 

Cet état va de fait dans le prolongement des principes de la psychanalyse qui vise le desétayage et la responsabilisation. 

 

Par ailleurs, les rendez-vous oubliés (ou annulés...) par le consultant/patient resteront entièrement à sa charge. Lors de la séance suivante, il s'acquittera alors financièrement de son acte manqué afin de le symboliser.

 

Il est enfin à noter que le mode paiement, spécifique au cadre psychanalytique, est établi en espèces uniquement, principalement pour des aspects inconscients :

 

- de nature (pièces ou billets représentant une «forme monétaire moins abstraite» que le chèque ou la carte bancaire) ;

 

- temporelles (puisque les liquidités constituent le seul moyen de paiement en temps réel, a contrario des autres modalités évoquées précédemment).

 

 

 

Fréquence des rendez-vous

 

 

La régularité est un élément important dans l'avancée d'une analyse.


Idéalement, une séance hebdomadaire permet une dynamique confortable et soutenue.

 

Ce rythme peut cependant être modulable en fonction des objectifs personnels, de la disponibilité ainsi que du budget possiblement allouables à ce travail sur soi.

Ces éléments sont objectivés au cours d'un entretien préliminaire.

 

 

 


Déroulement d'une séance


 

L'engagement dans un travail psychanalytique est une démarche librement consentie au terme d'une première entrevue en cabinet. Elle constitue une étape primordiale permettant d'articuler une demande individuelle/une histoire personnelle et une proposition de prise en charge passant par une explicitation du cadre, de la méthode utilisée, du rythme des rendez-vous...

A l'issue de cet entretien préliminaire, chaque rencontre se structure suivant différents temps caractéristiques :

- l'entrée en séance ou démarrage, permettant l'émergence d'une idée principale ou d'un sujet précis qui sera développé tout au long du face-à-face par le jeu d'interactions discursives (appelées transferts et contre-transferts) ;

- l'avancée jusqu'à l'aboutissement de la séance, qui se ponctue par un élément particulier (ou signifiant) faisant sens dans l'histoire du sujet (et devenant alors signifié). C'est le lieu de la scansion, pratique lacanienne mettant en lumière, à l'aide d'une ambivalence langagière, une manifestation de l'inconscient ;

- l'interprétation, étayée par le matériel fourni durant la séance et authentifiée par la scansion. Elle vise à la libération d'un affect, permise par cet acte ;

- l'abréaction de l'analysant (matérialisée par un acquiescement ou l'ajout d'un élément/commentaire allant dans le sens de l'interprétation) vient enfin confirmer la justesse du cheminement et ainsi clore la séance.

Ce déroulé, très schématique dans la découpe pour les besoins de l'exposé, se met en place d'une manière fluide et logique, de sorte que la parole soit libre et que l'entretien s'apparente à un échange ou une conversation entre deux interlocuteurs.
Il est toutefois bon de rappeler qu'en filigrane, méthode et méthodologie guident toute la séance.